fiévre

Publié le par le petit poète



quand un petit garçon parmi les plus actifs

sent poindre sur son front de la température

à son calme à son air tremblant et maladif

dans les bras de sa mère il trouve une ouverture

du timbre de sa voix ,basse ,elle le berce

et puis passe ses doigts dans ses cheveux mouillés

elle souffle un filet d’air à la larme qu’il verse

pose un baiser amer sur ses paupières fermées

on supprime les bruits les sources de chaleur

nul besoin de médecin ni même d’anti douleur

car il n’est qu’un remède à la température

de l’eau de l’air l’amour et une couverture 



                                                          le petit poète
                                             

Publié dans poésie enfantine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article