portrait

Publié le par le petit poète


 


et encore et toujours, sans jamais se blaser
printemps après printemps, années après années
mon regard chaque jour, sur toi vient se poser
avec ravissement, et passion effrenée.
 
et du matin au soir, sans discontinuité
je te lis les poèmes que pour toi j'écrivais
je scrute tes yeux noirs et je les fais bouger
je chante "la bohème", chanson que tu aimais.
 
et je verse des larmes au bonheur passé
et j'imbibe la toile de baisers passionnés
saisi jusque dans l'âme , je me laisse emporté
comme un bateau à voile par de grands vents poussés
 
mais la voile déchirée met un terme au voyage
ton image disparaît vers de lointains rivages
et je tombe épuisé au pied de ce grand cadre
jadis exécuté pour toi et que je garde.






                                                                                                               

                 le petit poète.




"un marchand de tableau est un voleur inscrit au registre du commerce"   michel audiard



"nul ne rencontre deux fois l'idéal; combien peu le rencontrent même une fois"   oscar wilde

Publié dans ultime

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article