a ces inconnues , qui le restent....

Publié le par le petit poète

 




c'est souvent au détour d'une rue
ou un instant à sa fenêtre
qu'apparaît la belle inconnue
que l'on aurait aimée peut-être

ça tient parfois au décolleté
à une tenue vestimentaire
une main à peine effleurée
un visage dessiné pour plaire

les occasions sont si nombreuses
et si rarement concrétisées
de vivre des heures heureuses
corps et coeurs ensemble enlacés

ça tient souvent à presque rien
un regard une parole un geste
et que la dame le veuille bien
or c'est bien là que le bât blesse.

.........

ça tient souvent à un parfum

un souvenir qui nous reste

on y repense de loin en loin

les regrets sont notre faiblesse.

                                                                                        le petit poète

 

     

 

 

"une auto-stoppeuse est une jeune femme, généralement jolie et court vêtue, que vous croisez sur la route quand vous êtes avec votre femme " woody allen

Publié dans éloges

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Christine 12/10/2009 13:21


ravie de savoir qu'un hommme vous regarde ainsi avec de telles pensées ...qu'en reviendras tu écrire ??


Lyly Jane 06/10/2009 21:52


Contente de découvrir ton blog !

Ce texte est, je pense, assez réaliste ! LOL

Bonne soirée, Lyly


Elsa 18/08/2009 21:10

C'est joli, et vivant !

Louis VADMEET 17/08/2009 20:33

Oui, comme l'écrit L'écrit-vain, on pense en lisant ce texte à la magnifique chanson de Georges Brassens. La RATP a lancé son petit concours de poèmes puisque le métro se prête à ses furtives et éphémères rencontres. J'aime Brassens, j'aime le rêve éveillé des passantes, les promesses floues, les désirs qui restent inassouvis. Alors merci pour ce plaisir de lecture que vous nous offrez, Petit Poète.

le petit poète 02/09/2009 01:25


c'est moi qui suis ravi de découvrir, rentrant de vacances , un commentaire si agréable
merci


L' écrit-vain ? 10/08/2009 20:13

tres joli ca me rappelle l ambiance des passantes de Georges Brassens